Il va dans une salle de shoot et s’entraîne à tirer : 5 morts, 10 blessés

0 / 1408

Les débuts du test de la salle de shoot commencent plutôt mal. Hier soir, un homme de 34 ans visiblement déséquilibré a fait éruption dans la salle de shoot d’un hôpital parisien après avoir confondu sa fonction avec celle d’un stand de tir. Résultat, l’individu a tiré sur tout le personnel et les personnes s’y trouvant et a provoqué la mort de 5 d’entre elles. La rédaction revient sur ce drame atroce.

 

Pourquoi a-t-il fait cela ?

La thèse terroriste, envisagée en premier lieu, a finalement été écartée après l’arrestation de l’auteur des tirs, ce dernier n’ayant pas de barbe et un Q.I dans la moyenne, il ne pouvait pas faire partie d’une organisation telle que Daesh. Les policiers envisageraient plutôt la thèse de l’erreur qui a mal tourné… Joe Hamos, le responsable de cette tuerie, a simplement confondu salle de shoot et stand de tir mais, malheureusement, étant également drogué et en plein délire hallucinatoire, n’a pas remarqué que les personnes sur lesquelles il tirait n’étaient pas des cibles, ni des mannequins mais bel et bien des personnes réelles. C’est d’ailleurs lui qui a appelé la police pour se dénoncer après la disparition des effets de sa prise de drogue.

 

Comment éviter que cet accident ne se reproduise ?

Il y a deux possibilités qui s’ouvrent à nous: soit interdire la drogue les armes et les salles de shoot définitivement ou changer le nom des salles de shoot pour éviter la confusion. D’après nos informations, la Ministre de la Santé Marisol Touraine envisagerait plutôt la deuxième possibilité, beaucoup plus simple à mettre en place. Plusieurs options sont possibles mais le nom « Salle pour se droguer tranquillement et faire du trafic sans avoir de problèmes avec la police » tiendrait la corde. Le choix définitif sera donné avant la mi-juin et devrait être appliqué pour la rentrée de septembre, pour ne pas perturber l’été des jeunes…

 

Quant à Joe Hamos, il est actuellement en prison où il mène un trafic de drogue florissant, on lui souhaite une bonne continuation dans ses affaires.

 


Ayant un amour passionné pour les gens et le monde en général, je me voyais obligé de devenir journaliste afin de vous protéger des conspirationnistes en tout genre. Sachez que mon esprit est indépendant mais que mon cœur est à vous...

À découvrir surtout

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *