Pénurie d’essence : (Pas de vanne, la rédaction n’a pas pu venir travailler)

0 / 987

Suite à la pénurie d’essence qui touche le pays depuis une semaine, nous sommes dans le regret de vous annoncer que la totalité de la rédaction n’a pas pu venir au travail pour vous tenir au courant des dernières informations… Une première depuis la création du journal en 2007.

 

Que s’est-il passé ?

Nous ne connaissons pas tous les détails mais cette absence de tous nos journalistes en même temps résulterait de plusieurs choses. Sur les 10 rédacteurs, 2 seraient absents pour cause de gastro-entérite officiellement mais auraient seulement trop fait la fête hier soir en réalité, 3 ont eu la flemme de venir travailler, 2 sont portés disparus et les 3 derniers ont tenté de venir en covoiturage mais ils ont pris la seule voiture qui n’avaient plus d’essence dans le réservoir… De ce fait, une réunion de crise a été organisée dans la foulée avec moi-même, Simon, le stagiaire de 3ème et j’ai décidé de faire un point sur la situation pour vous tenir au courant, fidèles lecteurs. Sachez que je n’ai aucune autorisation légale de la direction pour faire ça et qu’il y a donc une possibilité importante pour que je reçoive une notification de licenciement après la publication de ce papier.

 

Où sont-ils actuellement ? Et quand reviendront-ils ?

Nous n’avons pas les moyens de donner avec précision leur localité exacte à l’heure actuelle mais nous pouvons par contre très bien l’imaginer. Sur les 10 rédacteurs, les 2 fêtards doivent être au lit ou au-dessus de la cuvette des toilettes, les 3 paresseux doivent être devant la télé, les 2 qui sont portés disparus doivent être quelque part dans une fosse et les 3 derniers doivent être en train de pousser la voiture en panne au milieu du périphérique. Quant à la date de leur retour, nous ne sommes sûrs de rien non plus mais, en prenant de l’avance, ils devraient être là demain à moins qu’ils décident de faire le pont…

 

Voilà voilà… Je ne sais plus trop quoi dire et je dois apporter un café au boss, Igor Hafki, si je veux avoir une bonne appréciation à la fin de mon stage. Bonne lecture.

 

Le stagiaire.

 

 

Source de l’image : http://www.europe1.fr/societe/penurie-dessence-il-faut-bloquer-leconomie-selon-la-cgt-de-la-raffinerie-de-donges-2750956


Ayant un amour passionné pour les gens et le monde en général, je me voyais obligé de devenir journaliste afin de vous protéger des conspirationnistes en tout genre. Sachez que mon esprit est indépendant mais que mon cœur est à vous...

À découvrir surtout

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *